Vous êtes très nombreux à m’interroger chaque semaine sur le meilleur parcours à adopter pour devenir architecte d’intérieur : des parents qui veulent donner les meilleures chances à leurs ados, des jeunes qui souhaitent se lancer dans un métier passion, ou bien des adultes qui souhaitent se reconvertir et enfin se faire plaisir au quotidien. À chaque appel, vous semblez tous conscients que choisir cette voie n’est pas forcément une solution de facilité. Et pourtant, être passionné par votre métier continue de vous faire rêver et vous êtes prêts à vous lancer. Alors vous vous demandez comment vous faire accompagner au mieux pour réussir dans ce métier. Existe-t-il un parcours idéal pour devenir architecte d’intérieur : « direction formation en architecture d’intérieur, le mode d’emploi, en avant toute ! »


Ecole Camondo / Planche et maquette d’un projet étudiant


 

 

> Les formations d’architecte d’intérieur / Bac STD 2A, Manaa, Bts et Dsaa architecture d’intérieur :

Si l’on est sûr de soi dès le plus jeune âge, il peut être très utile de s’orienter vers une formation en Bac Sti arts appliqués (ancienne appellation) ou STD 2A. Cette formation comprend des cours généraux et des cours spécialisés en Arts plastiques. On y apprend donc à dessiner, à organiser sa démarche créative et on y découvre les principales spécialités de design. Avec ce diplôme, vous vous assurez les bases de votre métier et la possibilité de choisir une spécialité en toute connaissance de cause parmi l’animation, le graphisme, le design produit, l’architecture d’intérieur.

Si l’on veut se spécialiser après un Bac général, alors il existe une année de formation intermédiaire incontournable nommée Manaa (Mise à niveau en Arts appliqués).  Cette année préparatoire offre un condensé de design. Il s’agit de pouvoir déterminer sa spécialité et de préparer un book pour entrer dans les écoles d’art à un niveau Bts.

Après un Bac spécialisé ou après une année de Mise à niveau, il est possible de s’orienter vers un Bts design d’espace (Bac +2), puis un Dsaa spécialité espace option architecture d’intérieur et un master en architecture d’intérieur. Le Dsaa permet d’obtenir le diplôme d’architecte d’intérieur tel qu’il est reconnu par les clients ou les entreprises et recruteurs éventuels (en matière de savoir-faire), le CFAI (Conseil français des architectes d’intérieur) et les assurances professionnelles décennales (nécessaires pour travailler en indépendant). C’est donc ce diplôme qu’il est recommandé d’avoir pour exercer en tant qu’architecte d’intérieur. À savoir, ce diplôme n’est pas obligatoire puisque la profession n’est pas encadrée comme l’est par exemple l’architecture (voir article précédent expliquant les différences entre les métiers de décorateur, architecte d’intérieur, designer d’intérieur et architecte). Mais il est vivement conseillé en terme de savoir-faire, d’état d’esprit, de reconnaissance des compétences. Bref, il est un point de départ pour bien s’intégrer à la vie professionnelle  et répondre aux besoins des entreprises et clients.

Ecole Camondo / Principe et maquette d’un projet étudiant


 

 

> Les meilleurs écoles d’architecture d’intérieur / Camondo, l’école Boule, l’Esag Penninghen, l’Esail :

Si vous êtes en capacité de vous offrir le parcours idéal, alors sachez qu’il est possible de réaliser votre parcours avec autant de crédit dans les écoles publiques que dans les établissements privés français. En France, ça se passe beaucoup à Paris. C’est l’école Camondo qui est la plus recommandée, suivie de très près par l’école Boulle et l’Esag Penninghen. Sur Lyon c’est l’Esail qui bénéficie d’une belle réputation. Le top 10 des meilleures écoles d’architecture d’intérieur réalisé par le magazine L’Etudiant me semble très en phase avec la réalité.

Ces très réputées écoles offrent un excellent réseau professionnel et une formation de qualité : les meilleurs agences d’architecture d’intérieur ont pour habitude d’y recruter les étudiants à leur sortie. L’école Boulle sera très prisée étant donnée qu’il s’agit d’une école publique (tout comme Olivier de Serre et l’Ensad sur Paris). Pour des établissements comme Camondo, l’Esag Penninghen, ou l’Esail, il faut alors penser en terme d’investissement pour l’avenir car une année vaut entre 6000 € et 7000 € de frais, soit la coquette somme de 28000 € pour quatre ans (Bts+Dsaa).

Pour bien se rendre compte, visiter les écoles à l’occasion des journées portes ouvertes est l’une des meilleures de solutions. La différence entre les nombreuses formations devient visibles dès lors qu’on se trouve en face des productions des étudiants. Il est essentiel de se rendre tant à Paris que dans les écoles de Provinces, tant dans les écoles privées que dans les écoles publiques. Même si tout le monde ne peut être pris dans les plus grandes écoles, voir ce qui est produit dans ces établissements est sans doute l’une des meilleures passerelles pour réussir son parcours de formation. Pour ma part cela m’avait vraiment aidé. Je continue à suivre le travail des étudiants qui est souvent d’une très belle qualité.

Ensad, exposition de projets étudiants


 

 

> Se réorienter pendant les études vers un diplôme d’architecte d’intérieur / les commissions d’équivalence :

Si vous changez d’orientation pendant vos études, sachez qu’il existe des commissions d’équivalence entre les diplômes. Les écoles aiment souvent « injecter du sang frais » dans leurs différentes promotions. Ainsi pour ma part, j’ai pu obtenir un Bts Communication des entreprises et intégrer par la suite une licence arts appliqués à l’Université de Nîmes. Et d’une licence Arts appliqués, j’ai pu intégrer un Dsaa en architecture d’intérieur sur Marseille.

Cette démarche étant spécifique à chaque établissement et évoluant selon les années, n’hésitez pas à vous renseigner auprès des écoles précédemment citées et à chercher d’autres établissements dans le secteur, à les appeler pour connaître les spécificités du concours à passer. Il s’agira le pus souvent d’un dossier à envoyer et/ou d’un oral à passer.

Il me semble essentiel de se faire accompagner par un professionnel du milieu pour passer ces concours. Pour ma part, j’avais pris des cours auprès d’Helen Bertin, plasticienne et enseignante. Elle m’avait aidé à me créer un book, à cerner les enjeux et les principaux codes pour créer un contenu et le mettre en avant de manière à intéresser les jurés.

Ecole Camondo / Croquis et planche de couleur d’un projet étudiant


 

 

> Se reconvertir comme architecte d’intérieur / les formations pour adultes :

Si vous êtes déjà actifs et que vous souhaitez vous réorienter vers le métier d’architecte d’intérieur, plusieurs options s’offrent à vous.

Suite à plusieurs témoignages recueillis : je ne recommande pas les formations à distance pour les parcours artistiques car beaucoup ne finissent pas leur cursus. Effectivement,il en ressort qu’apprendre son cours seul, faire l’exercice seul, envoyer son exercice par courrier, attendre la réponse, essayer de comprendre la réponse dans son coin… Ceux qui ont tentés ont souvent optés par la suite pour d’autres formations. Ils m’ont dit que le fait de confronter leurs projets à ceux des autres ou de travailler en équipe a été un véritable moteur. Ainsi, travailler seul dans son coin n’était pas assez stimulant, mais plutôt découragent. Ce qui semblait être une solution fonctionnelle et économique se révélait plus souvent être une dépense inutile et une source de frustration. La distance fonctionnait sans doute pour d’autres thématiques, mais pas en arts appliqués. Un peu comme une légende, en design, pour apprendre, il y aurait besoin d’une « énergie » que l’on ne trouverait qu’à plusieurs et qui vous porterait pour toute la suite de votre parcours.

Pour ceux qui ont besoin de gagner leurs vie à côté de leur reconversion, il est possible de choisir l’option de l’alternance. Sur Lyon, L’Edaic propose ce genre de formation. Pour ceux qui ont les moyens de se former intensivement sans travailler à côté, alors sachez que Créad propose des formations « accélérées ». De mon point de vue, l’Edaic vous formera à un niveau technique tant au niveau des règles de la construction que des logiciels informatiques utilisés dans la profession. Créad vous formera davantage à la méthode de projet créatif de design d’intérieur, et aux bases du dessin à main levé, à la composition manuelle de planches de présentation. J’ai rencontré certaines personnes qui ont mêlé les cours d’une école à ceux d’une autre école pour obtenir l’ensemble des compétences qu’ils jugeaient nécessaires à leur future activité professionnelle.

Ecole Camondo / Présentation d’un projet étudiant devant la promotion


 

 

> Ce qu’il faut savoir avant de se lancer en architecture d’intérieur :

  • Choisir la bonne spécialité en arts appliqués :

Les études en architecture d’intérieure ainsi que le métier en lui-même demandent une forte capacité de travail et de rigueur, une grande polyvalence et une large ouverture d’esprit. Cela peut convenir tout comme en surprendre plus d’un. Une fois confronté à la réalité du métier ou de la formation, de nombreuses personnes abandonnent. Il peut aussi arriver de vouloir changer de spécialité car le quotidien qu’impose le graphisme ou l’animation est différent et sera finalement plus adapté à la personne. C’est pourquoi, de mon point de vue, il faut se renseigner en amont et regarder tous les métiers des arts appliqués en détail avant de choisir celui d’architecte d’intérieur.

  • Trouver comment exercer le métier d’architecte d’intérieur :

Au sein même du métier d’architecte d’intérieur, il y a plusieurs manières d’exercer le métier. Il faut donc prendre le temps de comprendre quel quotidien est fait pour soi. Le premier voudra uniquement concevoir le projet et pousser à fond l’ambiance décorative, le deuxième aimera davantage passer son temps sur le chantier et le gérer, le troisième voudra faire les deux en même temps. De nombreuses personnes souhaiteront s’orienter vers un emploi en agence. Il s’agit d’intégrer une équipe et un projet existants (agence d’architecture d’intérieur ou bureau d’étude intégré à une boutique par exemple), d’avoir les avantages et les inconvénients du salariat (congés payés, mais horaires inflexibles), de réaliser des projets variés en adoptant le style développé par son employeur. Certains préfèreront travailler selon leur propre style et créer leur agence de toutes pièces. Cela demande alors d’accepter la prise de risque et de nombreuses responsabilités, de savoir faire face seul à de nombreuses situations. D’autres envisageront davantage de travailler sur un éventail de projet plus spécifiques en intégrant un showroom de cuisine ou de sanitaires par exemple. Dans ce cas, il faut savoir que des formations rapides sont souvent prises en charge par l’employeur après une phase de sélection et qu’il ne vaut pas toujours la peine de s’infliger une formation de longue durée.

Esail, planche de présentation d’un projet de fin d’étude

 

  • Adopter la bonne attitude pendant les études :

Pouvoir intégrer la meilleure école, c’est s’assurer la meilleure entrée dans la vie professionnelle. Il est aisé de profiter de la reconnaissance d’un établissement, de son savoir-faire et de son réseau professionnel. Mais il faut aussi comprendre que si l’école apporte beaucoup, c’est la personnalité et la motivation de celui qui suit la formation qui font la différence.

Pendant son cursus, il est nécessaire de lâcher prise et de s’adapter aux méthodes de travail proposées pour les intégrer et savoir les répéter. Ce n’est pas toujours facile, d’autant que les problématiques abordées sont parfois très éloignées de la réalité professionnelle. Mais il faut prendre tout ce qu’il y a à prendre et faire le trie. Il devient ensuite possible de s’approprier les méthodes et les savoirs pour développer sa propre esthétique et les valeurs que l’on souhaite porter à travers son travail. Il faut également, et avant tout, répondre à des enjeux scolaires pour obtenir son diplôme. Mais aussi se préparer à intégrer la vie professionnelle et à exercer un métiersavoir développer des ambiances pour répondre au besoin d’un client, maîtriser la méthode et les logiciels d’architecture d’intérieur sont à mon sens la base de tout bon professionnel. Mais il s’agit aussi de développer une attitude qui donnera envie aux entreprises ou à vos clients de travailler avec vous et avec personne d’autre.

Esail, planche de présentation d’un projet de fin d’étude


> Etre passionné / la clé en tant qu’architecte d’intérieur :

Pour conclure, il est essentiel de bien se questionner, de valider si l’on est suffisamment passionné ou non pour se lancer dans le parcours de vie offert par le métier d’architecte d’intérieur. Une fois la décision prise, le choix de sa formation est essentiel. Tant qu’à se lancer, autant passer par la voie idéale : celle qui facilitera votre insertion dans le milieu de l’architecture d’intérieur. Mais l’école ne fait pas tout. La preuve en est que bon nombre de personnes vivent, évoluent et réussissent dans le milieu sans pour autant avoir bénéficié du parcours idoine. On voit bien qu’il y a de la place pour les personnalités les plus impliquées et les plus passionnées. Il reste alors à trouver comment exercer son métier pour qu’il embellisse le quotidien ? Et ça, c’est une autre histoire, comme dans tout métier !